Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Celui qu’Allah (soub7anahu wa ta3âla) honore d’un savoir doit le mettre en pratique, alors cette science sera pour lui une preuve et une lumière auprès d’Allah, le jour du jugement dernier. Des savants ont dit qu’un savoir non mis en pratique est comme un arbre dépourvu de fruits. 

 

 

 

 

الثالثةُ: الدعوةُ إليهِ

 

 

« le 3ème : la propagation de ces connaissances »

 

 

 

Le troisième principe que l’on doit connaître est la propagation de ces connaissances, c’est-à-dire l’appel à l’Islam, cette religion qu’Allah t’a honoré avec. Donc celui qu’Allah a honoré de l’Islam, et à qui il a donné de la science et sa compréhension, et qui agit selon cette science, alors il doit appeler ses frères à cette religion. La da3wa de la religion est : la da3wa à la religion de l’Islam.

 

 

Le Sheikh (hafidahullah) nous recommande d’observer de quelle belle manière ces choses sont ordonnées : Premièrement : la science, deuxièmement : les actes, troisièmement la da3wa à la religion de l’Islam. Le cheikh (hafidahullah) mentionne que cette dernière chose (la da3wa) doit être accomplie avec « 7ikma » sagesse « maw3idati l-7asanah » bonne exhortation, et les discutions doivent être effectués de la meilleure des manières. Ceci est basé sur la parole d’Allah (soub7anahu wa ta3âla) suivante :

 

 

 

 

﴿ٱدْعُ ٳِلىا سَبِيلِ رَبِّكَ بِٱلْحِكْمَةِ وَ ٱلْمَوْعِظَةِ ٱلْحَسَنَةِ ۖ وَجادِلْهُم بِٱلَّتِى هِىَ ٲحْسَنُ﴾

 

 

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon » (sourate an-Nahl verset 125)

 

Le sheikh (hafidahullah) continue en disant que si l’on prête attention aux choses qui viennent d’être mentionnés, c’est-à-dire, les deux précédents principes (la science et l’action), nous comprendrons alors qu’une da3wa qui est faite sans science n’aboutit pas et c’est la même chose pour les actes : il faut agir avec science. Le cheikh (hafidahullah) mentionne que de ce fait, il est nécessaire que celui qui appelle à Allah (soub7anahu wa ta3âla) qu’il connaisse de science sûre « al-3ilmu l-yaqin ». Qu’il sache que ce à quoi il appelle est « al Haqq » la Vérité « al ma3ruf » le bien « al hudda » la guidée. De la même manière qu’il faut qu’il connaisse de science sûre, que les choses auxquelles il met en garde sont « sharr » le mal, « bâtil » le faux, « bid3a » l’innovation « dalaal » l’égarement.

 

Le Sheikh dit que l’appel à la religion d’Allah (soub7anahu wa ta3âla) nécessite d’avoir la science pour, ainsi que la compréhension « Fiqh » de la religion d’Allah (soub7anahu wa ta3âla). Il cita ensuite la parole du prophète (salla Allahu 3alayhi wa salam) :

 

 

 

 

مَنْ يُرِدُ اللهُ بِهِ خَيْراً يُفَقِّهْهُ فِي الدِّينِ

 

 

"Celui pour qui Allah veut un bien, Il l’instruit dans la religion” [1]

 

Le Sheikh (hafidahullah) poursuivit en disant que celui qui appelle à Allah sans science, s’égare et conduit autrui à l’égarement.

 

 

 

 

 

 

الرابعةُ: الصبرُ علَى الأَذى فيهِ.

 

 

« Le 4ème : la patience face aux  persécutions et préjudices qui peuvent en résulter »

 

 

Le Sheikh (hafidahullah) dit que « as-sabr » est une autre chose que l’on doit savoir. Celui qui appelle à la religion d’Allah (soub7anahu wa ta3âla) doit savoir qu’il sera éprouvé et persécuté par les gens, parmi ceux qu’il prêche. Parce que celui qui appelle au Haqq, à la guidée et à la Sunnah, se trouve dans la même situation dans laquelle était le prophète (salla Allahu 3alayhi wa salam). Il hérite du prophète (salla Allahu 3alayhi wa salam) son appel à Allah (sub7anahu wa ta3âla), son appel des gens au Haqq, son appel à la guidance, son appel à la religion d’Allah (sub7anahu wa ta3âla), son appel à la sunnah authentique.

 

Le Sheikh (hafidahullah) continue en disant que celui qui fait tout cela, alors des épreuves et afflictions se présenteront à lui de la part des gens qui l’entoure. Mais s’il fait preuve de patience tout en visant, pour son effort, la récompense d’Allah (soub7anahu wa ta3âla) alors il obtiendra cette récompense et sa da3wa à Allah sera couronnée de succès. Puis le cheikh (hafidahullah) mentionne le hadith du Messager d’Allah (salla Allahu 3alayhi wa salam) suivant 

 

 

« Quiconque appelle à une guidée aura l’équivalent des récompenses de ceux qui l’ont suivi dans cette guidée sans que leurs récompenses n’en soient amoindries »[2]

 

مَنْ دَعا إلى هُدى، كانَ لَهُ من الأجر مِثْل أجور مَنْ تَبِعَه، لا يَنْقُص ذَلك من أجورِهم شَيْئا

 

Le Sheikh nous recommande de savoir que la patience a trois catégories :

 

 

1) Faire preuve de patience dans l’obéissance d’Allah

 

2)   Faire preuve de patience en évitant les péchés. Le Sheikh (hafidahullah) rajoute  qu’il est nécessaire de s’efforcer et lutter contre son âme « djihad an-nafs » aimer ce qu’Allah (soub7anahu wa ta3âla) aime et à détester ce qu’Allah (soub7anahu wa ta3âla) déteste.

 

3)     Faire preuve de patience face aux afflictions, face au destin d’Allah (soub7anahu wa ta3âla) et face aux préjudices des gens contre toi, ou dans ta famille ou dans tes biens. Le Sheikh (hafidahullah) cite la parole d’Allah suivante :

 

 

 

 

﴿مَا أَصَابَ مِن مُّصِيبَةٍ إِلَّا بِإِذْنِ اللَّهِ وَمَن يُؤْمِن بِاللَّهِ يَهْدِ قَلْبَهُ وَاللَّهُ بِكُلِّ شَيْءٍ عَلِيمٌ﴾

 

 

 

 

« Nul malheur n'atteint [l'homme] que par la permission d'Allah. Et quiconque croit en Allah, [Allah] guide son coeur. Allah est Omniscient. »  (sourate at-taghâbun verset 11)

 

 

 

 

Al Qama (rahimahullah) a dit au sujet de ce verset : un homme qui est éprouvé et sait que cela provient d’Allah (soub7anahu wa ta3âla) est satisfait et se soumet à cette épreuve. Le cheikh (hafidahullah) spécifie que ce n’est pas une chose spécifique à l’homme, c’est une expression générale qui s’applique autant aux hommes qu’aux femmes. Puis il mentionne le hadith du prophète (salla Allahu 3alayhi wa salam) suivant :

 

 

 

 

« Ce que l’affaire du croyant est étonnante ! Son affaire ne comporte (pour lui) que du bien, et cette faveur n’appartient qu’au croyant : s’il est l’objet d’un événement heureux, il remercie Allah et c’est là pour lui une bonne chose. S’il est victime d’un malheur, il l’endure avec patience et c’est encore là une bonne chose pour lui » [3]

 

عَجَباً لأمْرِ الْمُؤْمِنِ ٳنَّ أمْرَهُ كُلَّهُ لَهُ خَيْرٌ ٬ وَلَيْسَ ذالِكَ لأحَدٍ إلّاَ لِلْمُؤْمِن  إنْ أصابَتَهُ سَرَّاءُ شَكَرَ فَكانَ خَيْرًا لَهُ٬ وَ إنْ أصابته ضَرّاءُ صَبَرَ فَكانَ خَيْرًا لَهُ

 

Puis le Sheikh (hafidahullah) termine en mentionnant que les clés qui conduisent au bonheur dans cette dounya et dans l’au-delà,  sont au nombre de 3 :

 

1)     si tu reçois, remercie

 

2)     si tu es éprouvé, patiente

 

3)     si tu commets un péché, demande pardon à Allah (soub7anahu wa ta3âla).


 

[1] Rapporté par Al-Bukhâri, Muslim et Ibn Mâjâ

 

 

[2] Rapporté par Muslim. Le livre de la science.

 

 

[3] Rapporté par Muslim

 

Tag(s) : #Aquida - Manhaj

Partager cet article

Repost 0