Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Les Mérites de maîtriser sa colère

 

 

Le prophète صلى الله عليه و سلم a dit : " Si un homme en colère dit : « Je demande protection à Allâh. », sa colère s’apaise. " (Source: “sahîh al-djâmi’ as-saghîr.”, n°695).



Le Messager d’Allâh صلى الله عليه و سلم  a dit : « Quand l’un de vous se trouve en colère, qu’il se taise. » (Rapporté par l’imâm Ahmad dans : « al-musnad. », 1/339 et cité dans : « sahîh al-djâmi’. », n°639 et 4027).



Voici une anecdote qui fut arrivé à Abû Dharr [radiya-l-lâhu ‘anhu] : Un jour où il abreuvait ses bêtes dans un bassin à lui, des hommes arrivèrent auprès de lui. Abû Dharr leur dit : « Lequel d’entre vous viendrait m’aider quitte à en recevoir la récompense de la part d’Allâh ? » Un homme dit : « Moi. » Puis il se présenta et finit par casser l’abreuvoir et le détruire. Autrement dit Abû Dharr voulait qu’on l’aidât à abreuver les chameaux, mais son visiteur lui s’y mal prit puisque qu’il provoqua la destruction du bassin. Au moment des faits Abû Dharr était debout. Et puis il s’assit puis se coucha. On lui dit alors :
- « Abû Dharr pourquoi tu t’es assis d’abord, ensuite tu t’es couché ? »
- « C’est parce que le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم    dit : « Si l’un de vous se trouve en colère, qu’il s’assoie s’il était debout pour chasser la colère. Si celle–ci ne le quitte pas, qu’il se couche. » (Mentionné dans le : « musnad. » d’Ahmad, 5/152. Voir : « sahîh al-djâmi’. » n° 694).
Selon une autre version du hadîth, Abû Dharr abreuvait (des chameaux) dans un bassin lorsqu’un homme le mit en colère. Il s’assit… (Voir : « faydhal qadir » d’Al–Manawî, 1/408).



D’après Abû Hurayrah [radiya-l-lâhu ‘anhu] 

un homme dit a prophète صلى الله عليه و سلم :
- « Donne-moi un conseil :
- « Ne te mets pas en colère. » Lui dit le prophèteصلى الله عليه و سلم  .
L’homme répéta plusieurs fois la demande et le prophète صلى الله عليه و سلم répéta de le même manière sa réponse. » (Rapporté par Al-Bukhârî, « fath al-bârî. », 10/465). Selon une autre version, l’homme dit : « J’ai réfléchi sur les propos du Prophète  et me suis rendu compte que la colère est la source du mal. » (Source : Le « musnad. » d’Ahmad, 5/373).



Egalement il صلى الله عليه و سلم dit  : « Ne te mets pas en colère, tu iras au paradis. » (C’est un hadîth authentique. Voir : « sahîh al-djâmi’. », n° 7374. Ibn Hadjar l’a attribué à at-tabarânî, voir : « al-fath. », 4/465).



Aussi le Prophète صلى الله عليه و سلم  a dit : « Celui qui maîtrise la colère tout en ayant la possibilité de lui laisser libre cours aura son cœur rempli de lumière au jour de la Résurrection. » (Rapporté par at-tabarânî,12/453 et cité dans : « sahîh al-djâmi’. », n° 176).



Et encore le Prophèteصلى الله عليه و سلم   a dit : « Quiconque étouffe sa colère alors qu’il est en mesure de lui laisser libre cour, Allâh, le Puissant, Le Majestueux, l’interpellera au jour de la Résurrection devant toutes les créatures et l’invitera à choisir celle des Houris* qui lui plaira. » (Rapporté par Abu Dâwûd, 4777 et jugé bon dans : « sahîh al-djâmi’. », n° 6518). *Femme du Paradis.



Le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit : « Le fort qui l’est réellement est celui qui est capable de faire face à et dominer un coup de colère, qui rend ses yeux rouges et le fait trembler. » (Rapporté par l’imâm Ahmad, 5/367 et jugé bon dans : « sahîh al-djâmi’. », n° 3859).



D’après Anas [radiya-l-lâhu ‘anhu], le Prophète صلى الله عليه و سلم passa prés de gens qui s’adonnaient à la lutte (ludique). Il  dit :
- « Qui est celui-là ? »
- « Un tel, un champion invincible. » Lui dit-on.
- « Ne vais-je pas vous dire qui est plus fort que lui ? Un homme à qui l’on a infligé une injustice mais qui maîtrise sa colère et domine son démon et celui de son adversaire. »
(Rapporté par Al-Bazzâr. Ibn Hadjar qualifie sa chaîne de transmission de "belle". Voir : « al–fath. », 10/519)



Anas [radiya-l-lâhu ‘anhu] dit : « Une fois je marchais avec le Messager d’Allahصلى الله عليه و سلم   qui était vêtu d’un manteau fait à Nadjran et doté d’une bordure grossière. Un bédouin le saisit et tira son manteau si brutalement que le manteau a laissé des marques sur les épaules du Prophète  صلى الله عليه و سلم  que je pus constater. Puis le bédouin lui dit : « Emets un ordre pour qu’on me remette (ma part) des biens d’Allâh que tu gardes ! » Le Prophète صلى الله عليه و سلم se retourna vers lui, sourit puis donna l’ordre de lui remettre ce qu’il sollicitait. » (Rapporté dans les deux : « sahîh. » (celui d’Al-Bukhârî et de Muslim), voir : « fath al-bârî. », 10/375).



D’après Ibn Abbas [radiya-l-lâhu ‘anhu] un homme demanda et obtient une audience avec ‘Umar Ibn Al-khattâb. Reçu par ce dernier, le visiteur lui dit :  « ‘Umar Ibn Al-khattâb, au nom d’Allâh, tu ne nous donnes pas beaucoup et n’administres pas bien la justice ! » ‘Umar se mit en colère et voulut le frapper. Harr Ibn Qays, un membre de l’entourage de ‘Umar, dit à celui-ci : « Ô commandeur des croyants, Allâh a dit à Son prophète  صلى الله عليه و سلم : (Accepte ce qu’on t’offre de raisonnable, commande ce qui est convenable et éloigne-toi des ignorants.) (Coran : 7/199), or celui-là fait partie des ignorants. Au nom d’Allâh, ‘Umar se conforma immédiatement au contenu du verset qui lui fut récité. Car il était très attaché à l’application du livre d’Allâh, le Puissant, Le Majestueux. » (Rapporté par Al-Bukhârî, : « Fath. », 4/304).

 

 

(tiré du site : www.darwa.com posté par Abu Luqman hafidhahullah)

Tag(s) : #Sounnah - Hadith

Partager cet article

Repost 0