Shaykh 'Abd Ar-Rahman Sa'di a dit dans son livre "Bahjatou Qouloub Al Abrar" (Hadith n°6) :

D'après 'Abd Allah Ibn 'Umar (رضي الله عنهما), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit :

" ‏المسلم من سلم المسلمون من لسانه ويده، والمهاجر من هجر ما نهى الله عنه "
" Le musulman est celui dont les musulmans sont préservés de sa langue et sa main ; et l'émigrant est celui qui s'éloigne de ce qu'Allah lui a interdit . "


(Unanimement reconnu authentique)

At-Tirmidhi et An-Nassa-i ont ajouté dans la version qu'ils rapportent :

" ‏والمؤمن من أمِنَه الناس على دمائهم وأموالهم‏ "
" Et le croyant est celui qui préserve le sang et les biens des gens. "


(Jami' At-Tirmidhi, Volume 5, Page 17, Hadith n° 2627 ; Sunan An-Nassa-i, Volume 8, Page 104, Hadith n° 4995. Shaykh Al Albani juge que ce hadith est bon-authentique (hassan sahih) )

Et Al Bayhaqi a ajouté dans la version qu'il rapporte :

" ‏والمجاهد من جاهد نفسه في طاعة الله "
" Et le combattant est celui qui fait lutter son âme dans l'obéissance à Allah. "


(Voir Silsilah Al Ahadith As-Sahihah de Shaykh Al Albani, Volume 2, Page 89, Hadith n° 549)

Dans ce hadith est évoqué la perfection de ces beaux noms, qu'Allah et Son Messager ont associés avec la joie dans cette vie d'ici-bas et dans l'au-delà. Ces noms sont l'Islam (Soumission), l'Iman (Foi), la Hijrah (Emigration), et le Jihad (Lutte). Ils ont été définis par une parole générale et globale :

        Tout d'abord, le musulman est celui dont les musulmans sont préservés de sa langue et sa main. Et cela, car le véritable Islam est : la soumission à Allah, le parachèvement de Sa divinité (Son adoration), l'accomplissement de Ses droits, et des droits des musulmans. Et l'Islam d'une personne n'est pas complet tant qu'elle n'aime pas pour les musulmans ce qu'elle aime pour elle-même. Ceci ne peut être réalisé que si ils sont préservés contre le mal de sa langue, et le mal de sa main. Ce fondement est une obligation qu'elle a envers les musulmans. Ainsi, comment celui dont les musulmans ne sont pas préservés de sa langue ou sa main, pourrait accomplir les devoirs qu'il a envers ses frères musulmans ? Leurs salut contre le mal de ses mots et ses actes est donc le symbole de la perfection de son Islam.

Le croyant a été décrit comme celui qui préserve le sang et les biens des gens. Et cela, car la Foi, lorsqu'elle pénètre et envahit le coeur, nécessite que celui qui la possède applique justement les devoirs de la Foi, qui comptent notamment parmi les plus importants : l'attention portée aux dépôts confiés, la sincérité dans les transactions, et la dévotion dans le combat de l'injustice que les gens ont subi dans leur sang et dans leurs biens. Celui qui se comporte comme tel sera ainsi connu des gens pour cela, ils lui confieront leurs personnes et leurs biens, et ils l'approuveront, puisqu'ils connaissent de lui son attention aux dépôts qui lui sont confiés. Cette attention fait partie des devoirs particuliers de la Foi, comme l'a dit le Prophète (صلى الله عليه و سلم) :

" ‏لا إيمان لمن لا أمانة له‏ "
" Point de Foi pour celui en qui on ne peut pas faire confiance. "


(Rapporté par Ahmad, Al Bazzar, At-Tabarani et Ibn Hibban, et jugé authentique (sahih) par Shaykh Al Albani (Sahih At-Targhib wa At-Tarhib, Volume 3, Hadith n° 3004) )


Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a ensuite évoqué l'Emigration (Hijrah) étant obligatoire à chaque musulman, et qui est l'éloignement des péchés et de la désobéissance. Aucun être responsable ne peut échapper à cette obligation, et ce dans toutes les situations qu'il est amené à rencontrer. Allah a défendu à Ses serviteurs de transgresser Ses interdits, et de s'aventurer dans les désobéissances. La Hijrah particulière, qui est le déplacement effectué d'un pays de mécréance vers un pays d'Islam et de Sunnah, n'est qu'une partie de cette Hijrah, et elle n'est pas obligatoire à tout le monde. Elle le devient lorsque sont réunies les causes connues.

Enfin, le combattant a été décrit comme celui qui fait lutter son âme dans l'obéissance à Allah. En effet, l'âme est portée vers la paresse lorsqu'il s'agit d'accomplir le bien, une de ses particularités est le mal qu'elle porte en elle, elle se fragilise rapidement lorsqu'elle est confrontée aux malheurs. Elle nécessite d'avoir de la patience, et de lutter dans sa sujétion à l'obéissance d'Allah, en s'y conformant, en combattant contre les désobéissances à Allah, en éliminant celles-ci, et en faisant des efforts dans la patience face aux malheurs qui l'atteignent. L'obéissance se résume donc à : l'assujettissement du serviteur, l'éloignement de ce qui lui est proscrit, et la patience devant ce qui lui a été destiné.

Le véritable combattant est ainsi celui qui fait lutter son âme afin de parvenir à ces choses, afin qu'elle accomplisse ses obligations et ses devoirs.

Et parmi les plus nobles et les plus méritoires de cette catégorie, se trouve celui qui combat ses ennemis par la lutte armée, tout en les combattant par la parole et l'action. Le Jihad dans le sentier d'Allah est certes le point culminant de la religion.

Celui qui met ainsi en pratique le contenu de ce hadith aura mis en pratique l'intégralité de la religion : c'est celui qui salue les musulmans avec sa langue et sa main, qui préserve le sang et les biens des gens, qui s'éloigne de ce que lui a interdit Allah, et qui fait lutter son âme dans l'obéissance à Allah. Le bien de cette religion et de cette vie d'ici-bas, aussi bien apparent que caché, ne pourra subsister que si cela est mis en application. Et le mal ne surgira que si ces enseignements sont délaissés. Et Allah est l'Unique Détenteur du succès.

 



traduit par le frère Malik Tevragh Zeinah sur le site darwa.com

*corrections de certains mots en se basant sur le texte en arabe : Abu Hanif (les nobles caractères)