Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 La Croyance des gens de la sunnah concernant les compagnons (qu'Allah les agrée)


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fd/Sahaba.png/230px-Sahaba.png

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Ibn Taymiyya (que Dieu l'agrée) a dit dans son célèbre livre "Al 'aqida al-wasitiyya" (Pages : 24 - 26) :

Parmi les principes des gens de la Sunna et du consensus, il y a leur abstention de toute critique et de toute animosité à l’égard des compagnons du Messager d’Allah (salla Allahou ‘alayhi wa salam), comme les a décrits le Très Haut dans ce verset :

« Et [il appartient également] à ceux qui sont venus après eux en disant : "Seigneur, pardonne-nous, Ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux."»
(S59.V10)

Les partisans de la Sunna obéissent au Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) qui a dit :

« N’insultez pas mes compagnons ! Par Celui qui détient mon âme dans Sa main, si l’un de vous dépensait l’équivalent de la montagne de Uhud en or (comme aumône), il n’atteindrait pas ce que l’un d’entre eux tient dans le creux des deux mains ni même sa moitié ». (1)

Les partisans de la Sunna acceptent également les mérites et degrés que mentionnent le Coran, la Sunna et le consensus (ijmâ‘) à leur sujet, et ils considèrent que les compagnons qui ont dépensé et combattu avant la conquête -en l’occurrence le traité d’al-Hudaybiyya- ont plus de mérite que ceux qui ont réalisé cela après.

Ils donnent la préférence aux muhâjirines (émigrés) sur les ansârs (auxiliaires).

Ils ont également pour doctrine qu’Allah a dit aux gens de Badr -qui étaient quelque trois cents hommes- : « Faites ce que bon vous semble, car Je vous ai pardonnés ! » (2) ; De même « qu’aucun de ceux qui ont prêté serment sous l’arbre n’entrera au feu » (3), comme l’a soutenu le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam). Bien plus, Allah est satisfait d’eux et ils le sont également à Son sujet. Ils étaient alors plus de mille quatre cents.

Les adeptes de la Sunna témoignent également que l'accès au Paradis est garanti à ceux en faveur desquels le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a témoigné, tels les dix hommes ainsi que Thâbit ibn Qays ibn Shammâs et autres compagnons.

Ils affirment également ce qui fut rapporté de manière récurrente d’après l’émir des croyants ‘Ali ibn abî Tâlib et autres à savoir que « le meilleur de cette communauté, après son Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam), reste Abû Bakr puis ‘Umar ». Ils attribuent à ‘Uthmân le troisième rang et le quatrième à ‘Alî, qu’Allah les agrée, comme cela est indiqué dans les paroles rapportées (d’après les Prédécesseurs) et comme cette priorité donnée à ‘Uthmân fut le consensus des compagnons lors du serment d’allégeance.

Cependant, après s’être entendus à l’unanimité pour donner la priorité à Abû Bakr et ‘Umar (qu’Allah les agréé), certains partisans de la Sunna ont divergé quant à savoir lequel de ‘Uthman et de ‘Alî était le meilleur ? (Qu’Allah les agréés). Certains donnèrent la priorité à ‘Uthmân puis gardèrent le silence, d’autres la donnèrent à ‘Alî puis ne se prononcèrent pas.

Cependant, les gens de la Sunna ont fini par donner la priorité à ‘Uthmân, suivi de ‘Alî. Il reste que cette question sur la prééminence de ‘Uthmân sur ‘Alî, ne fait pas partie des principes fondamentaux de la foi qui valent à celui qui le contredit d’être taxé d’égaré.

Et ce, chez la majorité des gens de la Sunna. En revanche, la question sur laquelle les contradicteurs sont taxés d’égarés est celle du califat. Et ce, dans la mesure où les partisans de la Sunna ont pour doctrine que le calife après le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) est Abû Bakr, puis ‘Umar, puis ‘Uthmân puis ‘Afi. Celui qui conteste le califat de l’un d’entre eux est plus perdu que son propre âne.

Ils aiment également les membres de la famille du Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam); ils sont leurs alliés et observent à leur égard la recommandation de Muhammad (salla Allahou ‘alayhi wa salam) lorsqu’il dit le jour de Ghadîr Khum : « je vous rappelle à Allah au sujet de ma famille » (4)

Il a dit également à son oncle al-‘Abbâs qui était venu se plaindre à lui du comportement hostile de certains quraychites à l’égard des Banû Hâshim : « Par Celui qui tient mon âme dans Sa main ! Ils ne seront pas croyants tant qu’ils ne vous auront pas aimés pour Allah et pour le lien de parenté qui nous lie ! » (5)

Il (salla Allahou ‘alayhi wa salam) dit aussi : « parmi les enfants d’Ismaël Allah a choisi les Kinâna ; parmi les Kinâna Il a choisi les Quraychites. Parmi les Quraychites Il a choisi les Banû Hâshim ; et Il m’a choisi parmi les Banû Hâshim » (6)

Ils prennent pour alliées les épouses du Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam), les mères des croyants et ils ont pour croyance qu’elles seront ses épouses dans l’au-delà, surtout Khadîja, la mère de la plupart de ses enfants, la première personne à avoir cru en lui et à l’avoir soutenu. Il avait une grande considération pour elle.

Ainsi que la véridique fille du véridique [Abu Bakr] au sujet de laquelle le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a dit : « le mérite de ‘Â'isha sur les femmes est comme celui du tharîd (7) sur les autres mets ». (8)

Les partisans de la Sunna désavouent également le comportement des Rawâfid qui détestent les compagnons et les insultent ainsi que le comportement des Nawâsib qui font du tort aux membres de la famille du Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) par leurs paroles ou leurs actes.

Les partisans de la Sunna s’abstiennent de mentionner les différends qui opposèrent les compagnons, et ils disent : « On trouve, parmi ces récits qui mentionnent leurs défauts soit du mensonge, soit des ajouts, des diminutions, et des altérations par rapport au fait initial. Concernant la part sahîh de ces récits, les compagnons sont excusés, et ce, dans le cadre d’un effort de réflexion pour lequel ils ont pu, soit avoir vu juste, soit se tromper. Cependant, les partisans de la Sunna, ne considèrent pas que les compagnons soient infaillibles et à l’abri des péchés capitaux ou véniels. Non, ils sont, de façons générales susceptibles de commettre des péchés. Mais ils possèdent comme antécédents et mérites ce qui implique nécessairement le pardon des pêchés si pêchés il y a. »

Plus que cela, ils ont comme péchés pardonnés ce que n’ont pas les générations postérieures puisqu’ils ont à leur actif des œuvres pieuses (qui effacent leurs pêchés) que n’ont pas ceux qui leur ont succédé.

En outre, il est établi, sur la base d’un hadith du Prophète (salla Allaou ‘alayhi wa salam) que « la meilleure génération est la leur » (9), et que l’aumône qui tient dans le creux des deux mains d’un compagnon est meilleure que l’équivalent de la montagne d’Ohod en or donné par un autre.

Par ailleurs, s’il est arrivé qu’un compagnon commette un péché, il s’en est alors certainement repenti, ou a accompli des œuvres de bien qu’il l’effacent, ou il bénéficie du pardon en vertu de son ancienneté dans l’Islam, ou de l’intercession de Muhammad (salla Allahou ‘alayhi wa salam), car il sont les personnes les plus à même de jouir de son intercession (salla Allahou ‘alayhi wa salam) ou il se peut que ce compagnon ait enduré une épreuve dans ce bas monde qui lui aurait expié son péché.

Si tel est le cas pour les péchés avérés, que dire alors de ce qui fut sujet aux efforts de réflexion pour lesquels ils auront droit à deux récompenses s’ils ont vu juste, et une s’ils se sont trompés, et qui plus est cette erreur sera pardonnée !?

Par ailleurs, ce qui est reproché à certains d’entre eux, est totalement insignifiant et pardonnable en comparaison avec leurs mérites et qualités, tels que la foi en Allah et en Son messager, le djihad au service d'Allah, l’émigration et l’assistance, la science utile et les bonnes œuvres.

Celui qui, avec science et clairvoyance, prend connaissance de la vie de ces hommes et voit les qualités qu’Allah leur a accordées, saura avec certitude qu’ils sont les meilleurs des hommes après les prophètes.

Ils n’ont pas et n’auront pas leurs pareils. Ils constituent l’élite de cette communauté qui est la meilleure des communautés et la plus noble aux veux d’Allah.


Source : "Al 'aqida al-wasitiyya" (Pages : 24 - 26).

http://bibliotheque-islamique-coran-sunna.over-blog.com/article-telecharger-la-croyance-du-juste-milieu-al-aqida-al-wasitiyya-par-sheikh-ul-islam-ibn-taymiyya-pdf-word-68151386.html

___________________
(1) : [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim d’après Abû Sa‘id]
(2) : [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]
(3) : [Rapporté par Muslim]
(4) : [Rapporté par Mouslim d’après Zayd Ibn Arqam]
(5) : [Rapporté par Ahmed]
(6) : [Rapporté par Mouslim]
(7) : Plat à base de pain et de viande
(8) : [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]
(9) : [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

Tag(s) : #Aquida - Manhaj

Partager cet article

Repost 0